Inclusion scolaire

Deux assistantes à l’éducation de l’école Grande-Rivière reçoivent un prix national

Publié le vendredi, 17 février 2017 dans : Actualité

Deux assistantes à l’éducation de l’école Grande-Rivière reçoivent un prix national

Mesdames Lyne Lizotte et Josée Thériault, en compagnie de Julianne et de Joëlle.

Deux assistantes à l’éducation, Mesdames Lyne Lizotte et Josée Thériault, viennent de recevoir un prestigieux prix national pour leur travail auprès de deux jeunes élèves de l’école Grande-Rivière de Saint-Léonard.

Mesdames Lizotte et Thériault sont les lauréates d’un Prix national de l’inclusion scolaire de l’Association canadienne de l’intégration communautaire (ACIC). Elles ont été reçues à Fredericton par la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick et présidente d’honneur de l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire (ANBIC), l’honorable Jocelyne Roy Vienneau.

La cérémonie, qui a eu lieu à la Résidence du gouverneur, a été organisée par l’ANBIC, au nom de l’ACIC.

Madame Lizotte et Madame Thériault travaillent avec deux jeunes sœurs qui fréquentent l’école Grande-Rivière, Julianne (élève de 5e année) et Joëlle (élève de 2e année). Toutes les deux ont des déficiences visuelles, physiques et intellectuelles.

Selon la directrice adjointe de l’école, Madame Chantal Akerley, et Madame Julie Mazerolle, enseignante ressource, les deux lauréates contribuent constamment à l’inclusion scolaire des élèves en leur rappelant par de simples gestes l’importance de développer des relations saines, un respect mutuel ainsi que l’acceptation des différences.

Mesdames Akerley et Mazerolle affirment également que les deux lauréates travaillent très bien en équipe, qu’elles acceptent toujours d’essayer de nouvelles façons de faire aidant au développement des élèves, et qu’elles entretiennent d’excellentes relations avec les parents.

Hommage à Josée Thériault

Les parents des fillettes, Monsieur Daniel LeBlanc et Madame Josée LeBlanc, se sont fait un plaisir d’appuyer la candidature des lauréates. Au sujet du travail de Madame Josée Thériault auprès de Joëlle, la maman écrit : « Depuis son entrée à la maternelle à l’automne 2013, Joëlle a la chance d’avoir à ses côtés Madame Josée. Elle a compris que notre objectif, comme parents, est de développer au maximum l’autonomie de Joëlle. Et elle y travaille tous les jours, en cherchant constamment de nouvelles façons d’augmenter cette autonomie ».

« Avec sa grande douceur, sa rigueur et sa patience, Madame Josée sait comment aller chercher le maximum de Joëlle », ajoute la maman. « Elle travaille de façon effacée… Mais de façon tout aussi efficace. Elle comprend l’importance de la présence de Joëlle en classe, tant pour elle que pour ses amis, à qui la présence d’une amie ayant des besoins différents doit grandement apporter », continue la maman.

« Tous les matins, lorsque Joëlle prend l’autobus pour l’école, on la laisse partir l’esprit tranquille. On se considère très chanceux de pouvoir le faire, de savoir qu’une fois rendue à l’école, Joëlle sera entre bonnes mains et que nous n’avons aucune raison de nous inquiéter », affirme-t-elle.

Hommage à Lyne Lizotte

L’éloge de la famille est tout aussi enthousiaste pour Madame Lyne Lizotte, l’assistante à l’éducation qui travaille auprès de Julianne. Dans le dossier de mise en candidature, Madame LeBlanc écrit : « Madame Lyne, c’est l’assistante à l’éducation qu’on souhaite à chaque enfant! Madame Lyne, c’est la douceur, la compréhension et la patience! Car il faut le dire, ça en prend de la patience pour travailler avec Julianne, non pas parce qu’elle est une enfant difficile, mais parce que ses progrès sont lents ».

« Madame Lyne, c’est celle qui peut gérer les demandes venant de toutes les personnes impliquées auprès de Julianne. Et elle peut non seulement gérer leurs demandes, mais aussi leur exprimer clairement les besoins de notre fille », poursuit la maman.

« Madame Lyne, c’est celle qui prend le temps de remplir une page complète d’information tous les jours dans le cahier de Julianne, parce qu’elle comprend que, comme parents d’une enfant qui ne parle pas, on n’a aucune autre façon de savoir comment sa journée s’est passée. C’est celle qui se porte à la défense des droits de Julianne et qui permet qu’elle soit incluse autant que sa condition le permet, dans sa classe de 5e année », témoigne la maman.    

« Pour nous, comme parents, Madame Lyne représente la paix d’esprit. La paix d’esprit de savoir qu’une fois arrivée à l’école, Julianne a à ses côtés quelqu’un qui la comprend, qui défend ses droits, qui voit à son bien-être, qui la stimule. Elle fait en sorte que, depuis quatre ans, notre expérience d’inclusion scolaire est merveilleuse. On souhaite la même chose à tout parent d’enfant étant dans un état semblable à celui de Julianne », conclut Madame LeBlanc.

À propos des Prix nationaux de l’ACIC

L’ACIC reconnait les pratiques inclusives exemplaires des personnes qui travaillent dans le système d’éducation du Canada depuis 2006, alors que les associations d’intégration communautaires locales, provinciales et territoriales ont pour rôle d’accepter les candidatures et de sélectionner les lauréats.

Ainsi, l’ANBIC organise avec fierté la remise des prix de l’ACIC au Nouveau-Brunswick depuis leur création. La cérémonie des prix est devenue le principal attrait des célébrations marquant le Mois national de l’inclusion scolaire.

À propos de l’ANBIC

Fondée en 1957 par des parents dont les enfants n’avaient pas légalement le droit à une éducation dans nos écoles publiques, l’ANBIC a évolué et pris de l’expansion au cours des 60 dernières années et s’active actuellement dans des initiatives qui touchent à presque tous les aspects de la vie des personnes ayant un handicap intellectuel.

(Source : ANBIC)