La vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)

Publié le vendredi, 01 mai 2015 dans : Capsule santé, Apprenants en santé

La vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)

Dans le cadre du programme d’immunisation en milieu scolaire au Nouveau-Brunswick, un vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) est offert aux filles de 7e année.

Les virus du papillome humain sont parmi les virus les plus fréquents dans le monde et ils sont très nombreux. On en compte plus de 100 qui peuvent infecter différentes parties du corps.

L’infection au VPH est la plus fréquente des infections transmissibles sexuellement au Canada. Les VPH se transmettent par un contact peau à peau au cours d’une activité sexuelle, même sans pénétration. Ils sont la cause de presque tous les cancers du col de l’utérus. Ils peuvent aussi causer des condylomes, c’est à dire des verrues anales ou génitales.

La vaccination est l’un des meilleurs  moyens de prévenir l’infection à VPH et ses complications. Le vaccin ne donne pas les VPH ni l’infection. Le vaccin stimule le système immunitaire pour que celui-ci prépare des défenses (anticorps) pour prévenir quatre (4) types de VPH. Il protège contre :
•les types 6 et 11 du VPH, qui causent 90% des verrues génitales;
•les types 16 et 18 du VPH, qui causent environ 70% des cancers du col de l’utérus.

Le vaccin contre le VPH est plus efficace pour les jeunes filles qui ne sont pas encore actives sur le plan sexuel parce qu’elles sont moins susceptibles d’avoir été exposées au virus. Il est sécuritaire et très efficace pour la prévention de l’infection.

Le vaccin est donné en trois doses sur une période de six mois. La deuxième et la troisième doses sont données deux et six mois après la première dose. Toutes les doses doivent être données afin d’assurer la protection.

Ma santé… J’y participe!

(par nos partenaires de la Santé publique du Réseau de santé Vitalité, zone 4)