Les CÉD francophones préoccupés par les propos du ministre Dominic Cardy

Publié le jeudi, 03 juin 2021 dans : Actualité, Communiqués

Les CÉD francophones préoccupés par les propos du ministre Dominic Cardy

Les présidents des conseils d’éducation (CÉD) des trois districts scolaires francophones de la province unissent leur voix pour exprimer leurs vives préoccupations face aux changements envisagés dans le système d’éducation néobrunswickois.

La réaction des CÉD fait suite à la sortie médiatique du ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy, mardi, au sujet d’une restructuration des districts scolaires et des conseils d’éducation.

La présidente du CÉD du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO), Francine Cyr; la présidente du CÉD du District scolaire francophone Nord-Est (DSFNE), Ghislaine Foulem; et le président du CÉD du District scolaire francophone Sud (DSFS), Paul Demers, partagent de nombreuses préoccupations.

Incertitude dans le milieu de l’éducation
Les présidents dénoncent le caractère spontané de la sortie médiatique du ministre, qui s’est faite au terme d’une année scolaire particulièrement exigeante pour les familles et le personnel des écoles et des bureaux des districts en raison de la pandémie. Les idées proposées créent de la confusion et de l’incertitude, non seulement au sein du personnel, mais également dans les communautés qui seront affectées par les changements envisagés. Ceux-ci souhaitent d’ailleurs savoir si le ministre Cardy a l’aval du Conseil exécutif provincial dans cette démarche ou s’il agit de son propre chef.

Bonne foi du ministre dans la consultation publique
La bonne foi du ministre Cardy dans la consultation publique qui a lieu présentement sur la gouvernance du système d’éducation est également remise en question par les présidents. Pour ceux-ci, la façon d’agir du ministre laisse entendre qu’il a des idées préconçues sur la gouvernance actuelle et sur les mesures à prendre. Selon les présidents, la consultation en cours ne semble pas respecter l'idéal démocratique de la démarche.

Réalités et besoins spécifiques aux régions
Les présidents croient que les changements envisagés par le ministre pourraient potentiellement faire reculer le système d’éducation francophone. Ils craignent que ces changements coupent l’élan de leurs organisations respectives. Le DSFNO, le DSFNE et le DSFS veillent à identifier les besoins de leurs élèves et de leurs communautés. Et ils alignent les efforts des membres de leur personnel pour les combler. Les présidents craignent que les changements envisagés par le ministre ne tiennent pas compte des réalités propres à chaque région.

Stabilité dans la livraison des services éducatifs
Au cours des dernières années, tous les acteurs du système d’éducation francophone ont déployé des efforts colossaux afin d’obtenir une stabilité politique permettant d’aligner leurs efforts pour offrir des services éducatifs de qualité. Ils se sont dotés d’outils tels que le Plan d’éducation de 10 ans, le Profil de sortie d’un élève et la Politique d’aménagement linguistique et culturel (PALC). Les CÉD favorisent la continuité de ce projet de société qui fait ses preuves, de même que la reddition de comptes.

Enfin, les présidents des CÉD exhortent le ministre Cardy à rendre publiques l’enquête et les données sur lesquelles il s’appuie pour en arriver à ses conclusions. Les présidents sont d’avis qu’avant de procéder à une restructuration, il est important que les décisions se fondent sur une réflexion collective approfondie et transparente.