Mise à jour sur la fermeture des écoles et des bureaux du DSFNO

Publié le mercredi, 31 octobre 2018 dans : Actualité, Communiqués

Mise à jour sur la fermeture des écoles et des bureaux du DSFNO

Edmundston — La direction du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO) a pris la décision de fermer toutes ses écoles et tous ses bureaux, aujourd’hui, le 31 octobre, avant le début des classes, après avoir été informée que la sécurité de ses élèves et de son personnel était possiblement menacée.

Les informations préliminaires portaient à croire que plusieurs écoles étaient menacées, possiblement par un individu.

Une équipe du DSFNO a immédiatement été mise en place afin de collaborer avec les forces policières qui ont amorcé une enquête.

La Force policière d’Edmundston a d’ailleurs émis un communiqué de presse dans la matinée afin de faire le point. (Lire le communiqué sur le site Web de la Ville d’Edmundston en cliquant sur le lien suivant : https://edmundston.ca/fr/renseignements/communiques/949-appels-menacants-les-ecoles-du-district-scolaire-francophone-du-nord-ouest-fermees-pour-la-journee).

Afin de ne pas entraver l’enquête des policiers, le DSFNO ne fera aucun commentaire et ne transmettra aucune information en lien avec cette situation.

Qu’en est-il pour demain?

Pour l’instant, il est impossible de prévoir si la situation sera de retour à la normale demain matin.  « La santé et la sécurité de tous nos élèves et de tous les membres de notre personnel demeurent notre priorité. C’est ce qui guide toutes nos décisions », affirme le directeur général du DSFNO, Luc Caron.

Pour savoir si les écoles et les bureaux seront ouverts ou fermés demain, les parents et les membres du personnel du DSFNO doivent consulter la page Facebook et/ou le site Web du DSFNO (www.dsfno.ca).

« Nous sommes conscients que cette situation peut occasionner des peurs et des inquiétudes dans vos familles. Heureusement, il n’y a eu aucun incident et tous nos élèves et tous les membres de notre personnel sont en sécurité », ajoute monsieur Caron.